03Juil/16
Temps de Communnion Fraternelle

Temps de Communion Fraternelle

E-23 Maintenant, dans l’antitype dont nous devons parler, cela fait beaucoup d’années, jusqu’à ce soir, que Jésus a pris ce que nous connaissons comme le Souper du Seigneur, la Communion. Et il y a quelque chose à ce sujet, qu’Il allait dire à Ses disciples. Et juste avant Son départ, Il voulait leur en parler. Et c’est un… ils avaient préparé une chambre. C’était un temps de communion fraternelle. Et la communion signifie bien une communion fraternelle.

E-24 Beaucoup d’églises ont une communion «fermée», c’est-à-dire que lorsqu’ils prennent la communion, c’est juste pour leur propre église. Mais ici, nous ne sommes pas une dénomination. Nous avons une communion ouverte à tous, car nous croyons que chaque croyant a droit à la Table du Seigneur, afin de s’assembler dans la communion fraternelle autour des bonnes choses de Dieu, avec chaque croyant; peu importent les credo, la couleur de peau, ou quoi qu’il puisse être, tous ceux qui ont été abreuvés de la même bénédiction, qui est Christ!

Extrait de « La Communion », Prêchée le 18 Avril 1957 par William Branham

20Juin/16
Le Saint-Esprit

Que le Saint-Esprit descende sur lui

29     Voyez-vous comme le monde des églises organise et embrouille toute la chose, au point que ce n’est qu’un tas de credos? Ce sont des théories faites de main d’homme, introduites dans des choses spirituelles. Et les choses spirituelles vont se séparer de ça, chaque fois. Vous, — selon le vieux dicton, — vous ne pouvez pas mélanger de l’huile avec de l’eau. Ça ne se mélangera tout simplement pas. C’est tout. Il—il n’y a pas là d’ingrédients qui puissent se mélanger.

30     Et c’est pareil maintenant. Nous croyons que c’est le Saint-Esprit qui appelle des hommes. C’est le Saint-Esprit qui ordonne des hommes. Peu importe, nous pourrions imposer les mains à Frère McKinney, ou à n’importe quel autre ministre, pendant des heures et des heures, toute la journée, et lui donner de longues feuilles de papier qu’il pourrait signer, de vœux d’obéissance à des credos, ça ne produira jamais aucun effet sur lui. Mais que le Saint-Esprit descende sur lui, une fois. Voilà. Avec ça, ça y est. Personne n’a besoin de lui dire autre chose. Il est parti. Voyez? C’est tout. Et alors, la seule chose que nous, nous pouvons faire, c’est d’être en communion avec lui, reconnaissant que notre frère tienne cette place-là.

Ordination de William Branham a été prêchée le 11 Avril 1962

05Juin/16
un sermon vécu vaut mieux qu'un sermon prêché

Quand toutes les églises pourront s’assembler

4    Je descendais la montagne, contemplant le beau lac Umbagog qui mène à la rivière Androscoggin. J’ai vu les rouges-gorges qui semblaient s’être tous réunis et qui lançaient leurs petits gazouillements.
    De temps en temps, on entendait le bramement du cerf. On dirait qu’ils s’apprêtaient à quelque chose. L’hiver approchait, et ils s’apprêtaient à aller dans les parcs.
    Alors que je continuais à avancer péniblement dans les broussailles pour rejoindre mon ami là où nous avons fait stationner un canoë, il y avait un… il était assis sur un rondin, attendant. Et j’ai vu un bon groupe de canards là dans le lac Umbagog. Je n’en ai presque jamais vu autant de ma vie. Et Burt, mon ami, m’a posé la question: «Qu’en penses-tu, Billy?»
    J’ai dit: «Eh bien, ils s’apprêtent à s’envoler vers le sud.» J’ai dit «C’est la raison pour laquelle le soleil s’est couché cet après-midi… As-tu remarqué comment il paraissait si rouge, avant d’apparaître au-dessus de la montagne? Il va bientôt neiger, Burt.» Et il y a une sorte d’instinct spécial que Dieu a mis dans les animaux, pour qu’ils se préparent, s’apprêtent à se déplacer, quand le moment de s’envoler arrive. J’ai dit: «As-tu fait attention aux oiseaux aujourd’hui, et aux–aux rouges-gorges et aux autres? Ils s’apprêtent aussi pour leur vol d’hiver. Les cerfs s’apprêtent à aller dans le parc, car une tempête approche.»

5    Et comme nous plongions nos pagaies dans le lac et que nous nous sommes mis à descendre, je pense que tous les canards qui étaient partout sur la rivière Androscoggin sont venus au lac Umbagog pour s’apprêter à un vol. Et tous les coin-coin, comme seuls les canards savent le faire, continuant simplement… Et Burt a dit: «À ton avis, de quoi parlent-ils, Billy?»
    J’ai dit: «Ils passent un petit moment de communion avant l’envol.»
    Et puis, comme cet ami indien et… mon ami et moi, nous avons continué à descendre la rivière vers notre certain camp, la lune commençait à devenir blafarde, en effet, nous savions que la tempête approchait, nos pagaies commençaient à faire une petite ondulation dans l’eau à ce moment-là, comme les vagues commençaient à se soulever. J’ai pensé à ceci: «Assurément qu’un jour, avant que nous nous envolions, nous aurons un temps de communion, quand toutes les églises pourront s’assembler sur une même base et avoir toutes un temps de communion avant que nous nous envolions.»

6    Et des années se sont écoulées. J’étais un pasteur baptiste local à ce moment-là à Jeffersonville. Et–et comme les années s’écoulaient, je suis entré dans cette grande Association des Hommes d’Affaires du Plein Évangile.
    Puis, j’ai commencé à remarquer comment ils dépensaient leur argent et allaient de lieu en lieu pour se rencontrer à travers le pays, oui, et à travers le monde. Et lorsqu’ils se rassemblaient, il n’y avait pas de discrimination parmi eux. Il n’y avait personne qui disait: «Je suis membre de telle assemblée», et une autre: «de telle autre assemblée.» Ils avaient tous les biens en commun. Je me disais donc que cela a dû être ce à quoi je pensais ce soir-là, concernant une communion, un rassemblement avant l’envol.

7    Eh bien, je les ai observés là, dans ce grand mouvement pentecôtiste, il ne semblait pas y avoir une quelconque condamnation parmi eux. Si vous les rencontrez dans la chambre d’hôtel, ils s’enlacent les uns les autres même en présence de–d’une célébrité ou de qui que ce soit, ils s’embrassent et louent le Seigneur, et crient un moment, et poussent des cris un moment, et se comportent exactement comme ils le font ailleurs. Et je me suis dit: «Vous savez, c’est réel. C’est… il y a quelque chose à ce sujet.» Les femmes en font autant.
    Cela semblait simplement être une grande communion. Et je me suis demandé: «Je me demande ce qui en est la cause, et qu’est-ce qui fait que nous ne puissions pas tous le faire? Qu’est-ce qui fait que tout le monde, tous les êtres humains ne puissent pas se sentir ainsi? Pas de condamnation, vous êtes tout aussi libres que vous pouvez l’être…» Je me suis demandé: «Eh bien, pourquoi tout le monde ne peut-il pas être ainsi?»
    Eh bien, je pense que nous le pouvons, mais il y a… et la raison pour laquelle nous faisons cela, c’est que premièrement il y a quelque chose dans l’être humain qui désire cela, quelque chose qui réclame cela.

Extrait de la Prédication « L’approche à laquelle Dieu a pourvu pour communier » de William Branham a été prêchée 60-0630

18Mai/16
Musique

Si de la Bonne Musique a ramené l’Esprit sur le Prophète

132     Ce vieux prophète fut avec raison fort indigné, et il les réprimanda sévèrement. Il leur parla de ce qu’il en était de leurs alliances et de leurs organisations. Il leur a dit: «Malgré tout, amenez-moi un joueur de harpe.» Oh, il lui fallait calmer un peu sa colère, vous savez. Il s’était mis dans tous ses états, et ainsi il avait dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

133     Et vous, alors, certains de vous, prétendue église de Christ, qui ne croyez pas à la musique dans l’église?

134     Après s’être tout excité, il lui fallut un peu de musique pour ramener sur lui l’Esprit. C’est vrai. Oui monsieur. Ne l’oubliez pas, Dieu ne change pas. Si de la bonne musique a ramené l’Esprit sur le prophète, alors ça fera la même chose aujourd’hui (c’est tout à fait exact), car Dieu aime cela. Assurément. Il a dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

135     Bon, direz-vous: «Oui, le prophète, ce n’est pas moi.» Mais vous pourriez peut-être vous joindre au joueur de harpe, vous savez. Vous pourriez faire quelque chose en ce sens, c’est tout. Vous avez bien un témoignage ou quelque chose que vous pourriez faire.

136     Je les vois qui amènent le joueur de harpe, et il joue « Crois seulement, tout est possible », et cela ramène l’Esprit et il recommence. « Crois seulement, tout est possible ». Il a fallu qu’il joue un petit moment avant que l’Esprit ne vienne sur le prophète.

137     Puis, lorsque l’Esprit est venu sur le prophète, il eut une vision. C’est ainsi que… Voyez, il ne pouvait le faire… Cette bande de très hauts placés de l’élite intellectuelle, ceux du côté intellectuel, du côté de l’éducation, des rois et des potentats, ne pouvaient pas percevoir la vision. C’est vrai. Ils étaient aveugles. C’est pour cela que, ce soir, ils veulent traiter la vision de Dieu de condition mentale, de télépathie, d’esprit du diable, ou de quelque chose du genre. Et c’est parce qu’ils sont intellectuels à ce point qu’ils ne connaissent rien de Dieu. C’est exact.

Extrait de « Entrez dans l’Esprit », 28 Avril 1961, William Branham

16Mai/16
un sermon vécu vaut mieux qu'un sermon prêché

Soyons Frères

116     Unissons-nous. Soyons frères. Si je pouvais voir chaque église de cette ville, chaque église dans le monde, ressembler à ce que nous étions l’autre matin à ce déjeuner ministériel, où j’ai vu les unitaires, les binitaires, les trinitaires en train de se serrer mutuellement, de s’entourer de leurs bras les uns les autres, alors je dirais comme le Siméon d’autrefois: «Seigneur, laisse Ton serviteur partir en paix, car mes yeux ont vu Ton salut.» C’est vrai.

Entrez dans l’Esprit, 28 Avril 1961 William Branham

07Mai/16
Lac Michigan Réveil

Etait-il prêt à partir ?

A peine quelques minutes après être entré sur le terrain, un joueur de football Camerounais de 26 ans est tombé, victime d’une crise cardiaque ( Vendredi 06 Mai 2016). Malgré plusieurs tentatives de réanimation, il est décédé quelques heures plus tard, à l’hôpital où il avait été transporté d’urgence.

Etait-il prêt à partir ? Etait-il en paix avec son Créateur ? Par extension, sommes-nous prêts à partir si nous devions nous trouver devant notre Créateur, dans les minutes qui vont suivre ?

Voici une citation du Prophète que nous avons voulu partager avec vous (Extrait de la Prédication « Hébreux Chapitre 4 », du 1er Septembre 1957 :

     220     “Alors là, qu’est-ce que je fais, Frère Branham? Est-ce que je pousse des cris de joie?” Pas forcément. “Est-ce que je parle en langues?” Pas forcément. Vous pouvez pousser des cris de joie et parler en langues, les deux, et continuer à vivre comme un–comme un païen, et continuer à convoiter les femmes. Vous pouvez continuer à fumer et à boire, et tout le reste. J’ai vu des gens parler en langues, et repartir faire les affaires les plus sales, les plus malhonnêtes que j’aie jamais vues. Je les ai vus pousser des cris de joie et verser des larmes de crocodile, alors qu’ils volent tout ce qui leur tombe sous la main. Je les ai vus sortir, et se retourner sur toutes les filles qui passent, dans la rue. Hum! Ça, c’est un signe évident que vous ne L’avez pas. C’est vrai.
     221     Mais, frère, quand vous êtes passé de la mort à la Vie, toutes ces choses meurent, et vous êtes une nouvelle créature en Jésus-Christ. Si vous voyez quelque chose de mal, vous priez pour ça: “Ô Dieu, aie pitié.” Et si vous voyez des problèmes, plutôt que d’aller faire des commérages, de chercher à aggraver la situation, vous essayez d’aller trouver la personne pour redresser tout ça et ramener le calme au plus vite. Voilà l’Esprit de Dieu en vous.
     222     Si vous faites une erreur? Vous êtes sujet à l’erreur. Si vous faites une erreur, vous la corrigez au plus vite. “Ne laissez pas le soleil se coucher sur votre colère.” Voilà comment reconnaître que vous êtes passé de la mort à la Vie: vous avez l’amour, la paix, la joie, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la patience. Nous avons un Souverain Sacrificateur au Ciel, prêt à intercéder sur notre confession. Qu’est-ce? C’est Jésus, quand Il est retourné au Logos, la Colonne de Feu qui a conduit les enfants d’Israël, qu’Il s’est assis en Présence de ces grands, de cette source, cet arc-en-ciel de Lumières qui sont sorties, ces sept Esprits parfaits, un Esprit parfait d’amour.
     223     Maintenant observez. En premier, il y a l’amour parfait, c’est l’amour de Dieu, pur et sans mélange. Ensuite, là, vient l’amour phileo, ça c’est l’amour que vous avez pour votre femme et vos enfants. Ensuite, en dessous de ça, c’est l’amour sensuel. Ensuite, c’est l’amour impur. Et ça continue à descendre jusqu’à atteindre la souillure, ça se pervertit toujours plus, toujours plus.
     224     Et tout ce qui a eu un commencement a une fin. Et tout cela sera éliminé, on ne s’en souviendra plus du tout et, un jour, on reviendra directement à ce qui est parfait. Et la seule façon… Vous ne pouvez pas vous arrêter à mi-chemin, ici en bas, et arriver jusqu’ici, en haut. Il faut que vous soyez complètement entré, vous confiant et vous reposant entièrement dans le salut que Jésus-Christ vous a donné, par la foi.

« Hébreux Chapitre 4 », du 1er Septembre 1957, de William Brahnam

04Mai/16
Education, instruction

Nous ne Sommes pas la « Voix de Dieu »

Shalom Bienaimés,

Nous vous remercions pour vos encouragements. Comme nous le disons assez régulièrement, nous ne sommes pas la « Voix de Dieu ». Ce site n’est pas le site en Français de la Voix de Dieu VGR ( Voice of God Recordings). Le site officiel de la Voix de Dieu est  » www.Branham.org « 

Nous sommes d’humbles croyants du Message à qui Dieu a mis à coeur de faire cette oeuvre d’Evangélisation.
Et nous savons que lorsque nous faisons de l’Evangélisation, nous sommes dans la Volonté Parfaite de Dieu.
Que Dieu vous bénisse richement !

01Mai/16
Dieu comme l'Arc-en-Ciel

J’ai Honte de Vous

124      Bon, pendant que j’y suis, je vais peut-être aussi dire ceci. Je vois que mon… Je ne pense pas que mon frère soit ici, ce soir, mais une personne s’est moquée de quelqu’un qui a quitté le Tabernacle pour aller se joindre à l’église de Frère Junior Jackson. Cette personne a dit : “Ils sont allés chez les ‘oiseaux morts’.” Vous n’avez pas honte de faire une remarque pareille? Qui que vous soyez, si vous êtes mon enfant en Christ ici, j’ai honte de vous. Ne faites pas une chose pareille. Junior Jackson est mon frère. Don Ruddell est mon frère.

125      Eh bien, la raison de ceci, c’est qu’à mon retour, quand j’ai placé l’église ici dans un certain ordre dans le but de voir si je pouvais amener les dons à se manifester, la moitié de ces gens se sont retirés. C’est que, quand on prenait la parole, ou qu’on prêchait ou quelque chose comme ça, c’était, c’en était au point où on n’arrivait pratiquement plus à prêcher sans que quelqu’un parle en langues, que quelqu’un interprète, que quelqu’un donne l’interprétation; et la moitié de tout ça n’arrivait même pas.

126      Or, je crois au parler en langues. Je crois à l’interprétation. Mais ce doit être quelque chose qui s’adresse directement à l’église, non pas : “Le Seigneur vient bientôt”, ou quelque chose comme ça – ce qui n’est pas mauvais. Mais : “Ne multipliez pas de vaines paroles,” a dit Jésus, “comme les païens.”

127      Ce doit être quelque chose comme : “Allez dire à Frère Untel qu’il y a une certaine chose qu’il a faite, et–et qu’il doit…” “Eh bien, allez dire à Frère, Soeur Untel que, lorsqu’elle a fait une certaine chose là-bas, l’autre jour, elle a transgressé les lois maritales, le vœu qu’elle avait fait à son mari. Si elle ne redresse–redresse pas la situation, le Saint-Esprit la retranchera.” Là vous avez l’AINSI DIT LE SEIGNEUR!

128      Alors déclarez ouvertement ce péché. C’est là que nous avons une église comme celle qu’il y avait lorsque Ananias et Saphira se sont présentés là. Là nous avons une église bien affermie.

“Oh,” vous dites, “Frère Branham…” Un homme à qui je disais ça, il m’a dit : “Eh bien, vous nous mettez dans une situation trop difficile.”

129      J’ai dit : “Est-ce que je ne suis pas dans une situation difficile, sur l’estrade, devant des inconnus que je n’ai jamais vus de ma vie? Mais j’ai foi et confiance en mon Dieu, qui m’a envoyé pour faire ceci, et pas une seule fois ça n’a été faux, et ça ne le sera jamais non plus – pour ça, il faut que ce soit Dieu.” C’est vrai.

130      Pas le parler en langues et ces choses-là… Je crois que ces langues, et les gens qui ont ces dons-là, s’ils sont de vrais, d’authentiques Chrétiens, et qu’ils ont cela à cœur, ils vont se réunir entre eux, parce que… et donner leurs langues et leurs interprétations, et voir ce qu’ils peuvent faire pour l’avancement du Royaume de Dieu. Ils ont un ministère qui leur est propre, mais celui-ci n’est pas à sa place ici, au milieu de l’auditoire, où on traite avec les–les pécheurs et tout. La Bible dit : “Ils diront que vous êtes illettrés.”

131      Parfois ils deviennent tellement irrespectueux dans ces choses et–et tout, – pas notre groupe à nous, – mais je les ai laissés faire pendant quelque temps. J’ai dit : “Ayez l’œil là-dessus.”

132      Bon, j’ai dit aux frères (il y a des témoins de ça ici, qui sont au courant), j’ai dit : “Laissez. Au bout de quelque temps, je, nous verrons si c’est de Dieu ou pas. S’il ne peut pas supporter le châtiment, alors c’est un enfant illégitime.” C’est exactement ce que dit la Bible. Et quand le châtiment est venu, qu’est-ce qui s’est passé? Est-ce que je vous avais dit ça, il y a longtemps? Voyez? Demandez au pasteur ici.

Il disait : “Qu’en est-il de ceci et de cela?”

133      J’ai répondu : “Laisse donc! Ce sont des bébés. Nous ne pouvons pas juger ça, mais regarde bien ce qui se passera quand il faudra vraiment se conformer à la Parole.”

134      Maintenant, Frère Junior Jackson avait le droit de ne pas être d’accord avec ça. Il veut que son église, les gens veulent tous parler en langues, et tout, dans l’auditoire. Ça, c’est le problème de Frère Junior; ça–ça le regarde, lui. Mais Junior Jackson croit ce Message comme–comme n’importe lequel d’entre nous. Il est l’un des nôtres. Et ce n’est pas d’être un “oiseau mort” que d’aller là-bas. Junior Jackson est un homme de Dieu que j’aime de tout mon cœur. Et il n’est pas ici ce soir, alors je peux réellement exprimer cette chose comme je le désire.

135      Et–et Don Ruddell, je ne pense pas que Don soit ici ce soir, parce qu’ils ont leur propre réunion. Mais, si je voyais tous les gens qui viennent à ce tabernacle sortir et s’en aller chez Don Ruddell, ou–ou chez Frère J.T. Parnell, ou chez Frère… chez n’importe lequel de ces frères ici, qui sont nos frères ici et nos concitoyens du Royaume, je serais tellement heureux que je ne saurais pas quoi faire. Je dirais : “Seigneur, remplis celui-ci de nouveau. Vidons-le et remplissons-en un autre.” J’aimerais ça. J’aimerais voir ces garçons… Ce sont mes–ce sont mes enfants.

136      Or, J.T. ou–ou n’importe lequel d’entre eux n’est pas obligé de croire exactement comme moi; ils ne sont pas obligés de faire ça. Comme je vous le disais ce matin, je ne suis même pas d’accord avec ma femme, ou c’est elle qui n’est pas d’accord avec moi. Qu’en serait-il si je me mettais à table, et que Junior ait de la tarte aux pommes, et moi de la tarte aux cerises. Frère, nous mangeons tous les deux de la tarte, nous serons d’accord là-dessus, mais, et nous prêchons tous les deux le même Évangile. La discipline de son église…

137      Vous savez, Pierre et Paul ont eu des différends, non pas dans leurs doctrines, mais sur la façon dont Pierre se comportait. Ils ont eu un–un petit différend à ce sujet, mais ça ne les a jamais séparés. Ils étaient frères. Mais bien sûr que nous allons avoir des différends, non pas des différends… Je ne suis pas d’accord avec les Assemblées de Dieu. Je ne suis pas d’accord avec leurs systèmes, mais il y a beaucoup de précieux frères dans les Assemblées de Dieu. Je ne suis pas d’accord avec la doctrine des unitaires, mais il y a beaucoup de précieux frères parmi ces hommes-là.

138      Je suis d’accord… je ne suis pas d’accord avec les baptistes, avec les presbytériens et leurs systèmes, mais parmi eux se trouvent de véritables Chrétiens.

Questions et Réponses n°2 du 23 Août 1964, William Branham

30Avr/16
Fleur Lys d'Eau

Je Désire t’encourager

7     Maintenant nous sommes – nous sommes conscients que nous ne nous sommes pas réunis ici pour parler d’une quelconque affaire; nous nous sommes réunis ici pour parler de – de Christ ainsi que des prises pour tenir bon et de ce qu’il faut faire en cette heure. Et je –je désire t’encourager, Frère Neville. Prends courage. Peu importe ce qui survient, ce qui s’en va, ce qui se passe, ne laisse simplement rien te troubler. Tiens-toi simplement là comme un rocher des âges et Dieu fera que toutes choses finissent très bien; Il te l’a prouvé. Bien sûr, cela aurait pu te peiner, cela aurait pu tuer cette femme-là et ce serait resté dans ton esprit tout le reste de tes jours, et ç’aurait été tout un tas de problèmes. Mais Dieu est encore sur le Trône; Il – Il fait concourir ces choses à un bon dénouement. Il pouvait aussi nous prendre. Et un… Ainsi, Satan est en train de combattre l’Église.

8     Maintenant, quand j’ai posé là cette pierre angulaire, ce matin-là, je n’avais jamais pensé que je serai un pasteur. Pour commencer, ce n’était pas dans ma vocation, et mon premier appel était d’être dans le champ d’évangélisation. Il y a de cela plusieurs années, et j’avais commencé ici, sous une tente, juste de l’autre côté de la rue. Et je me rappelle quand Frère Roy Davis là-bas – et son église avait pris feu. Ce groupe de gens était juste comme des brebis éparpillées, sans berger; ils n’avaient pas de place où aller. Et moi… Mr Hibstenberg était alors Chef de police, il m’avait appelé là-bas et m’avait dit: «Nous sommes ici pour vous aider.» Il dit: «Je suis moi-même catholique, mais, dit-il, ces gens n’ont, dit-il… probablement pas d’habits.» (C’était pendant la période de crise). Il dit «Ils se rendent à d’autres églises, mais ils se sentent mal à l’aise, et ce sont de braves gens; et je connais beaucoup d’entre eux.» Il dit: «Billy, si tu veux commencer une église, dit-il, je veux que tu saches que nous sommes derrière toi pour tout ce que nous pouvons faire en vue de te secourir.» Et je l’ai remercié pour cela.

Se ranger du côté de Jésus, 1er Juin 62, William Branham, Traduction MS

30Avr/16
Le Saint-Esprit

Sous la Conduite du Saint-Esprit

2          La première chose que j’aimerais dire, c’est que le pasteur assure toujours la direction entière du Tabernacle, en mon absence, et qu’à mon retour, je m’adresse uniquement au pasteur. Donc, il assure la direction entière : pendant mon absence, il peut faire tout changement ou tout ce qu’il juge bon de faire sous la conduite du Saint-Esprit.

3          Nous croyons en une Église apostolique, enseignant que les Bénédictions apostoliques sont pour les gens d’aujourd’hui. Nous croyons au plein Évangile, et nous croyons que tous les signes et tous les prodiges annoncés par notre Seigneur Jésus-Christ comme devant accompagner Son Église jusqu’à Son retour, nous croyons à ces choses. Et nous croyons qu’elles doivent être mises en ordre, que l’Église a Son ordre. Et chaque église a sa doctrine, et son ordre, sa discipline.

4          Notre église n’a pas de membres, c’est-à-dire d’adhérents. Nous croyons que toute l’Église universelle du Dieu vivant, tous, ce sont nos frères et sœurs; et tous les gens, quelle que soit la dénomination dont ils font partie, sont toujours les bienvenus au Branham Tabernacle, à l’angle de la Huitième rue et de la rue Penn, à Jeffersonville, dans l’Indiana.

L’ordre de L’église, pêché en 1958 par William Marrion Branham