Category Archives: Le Saint-Esprit

14Oct/17
Le Saint-Esprit

L’importance de Recevoir le Baptême du Saint-Esprit

57 Oh, mes chers amis de partout dans ce pays et dans cette petite ville, si seulement, avec ma voix humaine, je pouvais placer dans votre coeur l’importance de recevoir le baptême du Saint-Esprit, ce serait la plus glorieuse révélation que vous ayez jamais eue de votre vie. De voir ce que… Vous n’avez pas le choix.
Je vais éclaircir ce point-là : “Vous n’êtes pas convertis.”

58 Pierre avait été sauvé. Il croyait au Seigneur, il Le suivait. Jésus lui avait dit qui il était, Il l’avait amené à Le suivre. Il lui avait donné le pouvoir sur les esprits impurs et Il l’avait sanctifié. Mais après tout ça, et il était devenu le porte-parole en chef du groupe; comme les catholiques voudraient l’appeler, “l’évêque de l’église, ou le pape”, ou quoi que ce soit, le chef de l’église; pourtant Jésus a dit, la nuit où Il a été livré : “M’aimes-tu, Pierre?”
Et il a dit : “Seigneur, Tu sais que je T’aime.”
Il a dit : “Pais Mes brebis.” Il a dit ça trois fois.
Et Pierre a dit : “Tu sais que je T’aime, au point de Te suivre jusqu’à la–la fin, et de Te suivre jusqu’à la mort”, et ainsi de suite.

59 Il a dit : “Avant que le coq ait chanté trois fois, tu… avant que le coq chante, tu M’auras renié trois fois.” Il a dit : “Mais, Pierre, J’ai prié pour toi.” Écoutez. Ce n’est pas tout. “J’ai prié pour toi. Et une fois que tu seras converti, alors affermis tes frères.”
“Une fois que tu seras converti.” Il avait crié. Il avait probablement dansé par l’Esprit. Il–il avait fait toutes sortes de choses, mais il n’avait pas encore reçu le Saint-Esprit. “Une fois que tu seras converti, alors affermis tes frères,” c’est vrai, “exécute Son plan.”

Extrait de « Pourquoi le Saint-Esprit a-t-il été donné?  » a été prêchée par William Branham le 17 Décembre 1959

04Juin/17
Fleur Lys d'Eau

Que je Meure à Moi-même

159 Je me demande si nous sommes autant disposés ce soir. Je me demande si le monde pentecôtiste est disposé ce soir à s’accorder de même avec Dieu. « Seigneur Dieu, si cela met ma dénomination en pièces, qu’on m’excommunie du conseil ! Peu m’importe qu’on me retire la carte de membre, et que je doive me coucher à plate couture, boire de l’eau du robinet et manger des biscuits secs, plutôt que rouler dans une grosse voiture avec un gros salaire. Peu m’importe le prix. Ce système m’a éloigné de Toi. Ramène-moi une fois de plus, Seigneur. Je croirai Ta Parole. Venge-moi de mes yeux crevés. Que je meure avec cela. Amen. Que je meure à moi-même. Peu m’importe ce qu’on dit à mon sujet. Je peux devenir l’évêque. Je peux devenir ceci, cela ou autre. Peu m’importe ce qu’on dit. Restaure la puissance du Saint-Esprit dans ma vie. J’ai été assez longtemps aveuglé. »

160 Ô église, êtes-vous disposée pour cela ? « Que je meure avec les autres. Que mon titre de révérend, docteur, ou je ne sais quoi, périsse. Ô Dieu, accorde-moi une fois seulement, envoie sur moi, une fois seulement, cette glorieuse puissance qui était descendue le jour de la Pentecôte, qui peut relever le défi de cette heure, face au communisme qui se lève ou n’importe quoi d’autre qui se lève. Que je meure, Seigneur, avec eux. » Il y a une possibilité, vous savez.

161 Vous savez quoi ? Lors de cette confession, les Philistins, ils étaient trop ivres pour remarquer ce qu’il faisait. Tout d’un coup, quand il a vu qu’il y avait une possibilité, il a redressé la tête vers les cieux, et les larmes ont coulé de ses orbites aveugles. Il s’est mis à bouger les lèvres, les larmes coulaient de ses yeux. Les autres ne le remarquaient pas. Ils étaient trop occupés à se moquer de lui. Il voulait la Parole de Dieu, que le véritable Dieu vivant entre une fois de plus en scène. Il lui avait fait défaut. Il savait qu’il Lui avait fait défaut. Mais il voulait voir le Dieu vivant vivre ici pour prouver à ce groupe de Jézabel qu’Il était toujours Dieu.

Extrait de « Encore une fois », prêchée le 17 Novembre 1963 par William Branham

04Avr/17
Le Saint-Esprit

Il est temps d’arrêter de vous quereller

250 Il est temps d’arrêter de vous quereller. Croyez le Message de la Bible! Croyez Jésus-Christ! Et aimez-vous, et honorez-vous, et respectez-vous. Hommes, respectez vos femmes. Respectez votre foyer. Rassemblez votre maison, parce que, souvenez-vous, cet agneau était pour la maison, pas seulement pour une personne, mais pour toute la maison, qui devait être rassemblée. Tout devait avoir été rassemblé à l’intérieur. Nous devrions nous aimer les uns les autres. Et les croyants devraient se séparer du monde.
251 Remarquez, ils ne s’étaient pas assemblés simplement pour parler ensemble du message. Ils s’étaient assemblés pour appliquer le sang, pour appliquer le signe.
252 C’est ce que vous devez faire. Pasteur Neville, et vous tous, de cette assemblée, les administrateurs, les diacres, vous, les frères, il est temps pour nous de mettre de côté toute la folie du monde, de mettre de côté tout le reste. Nous avons vu assez de choses maintenant, pour être absolument sûrs. Le Signe doit être appliqué. Sans Lui, vous périrez; vous périrez, c’est inévitable.
253 Oh, ne vous contentez pas de vous réunir, en disant : “J’Y crois!” Mettez-vous dessous, entrez-Y! [On entend ici de l’interférence radio.–N.D.É.] Comment faire cela? “D’un seul Esprit nous sommes baptisés, pour former le Corps de Jésus-Christ.” Que chacun croie de tout son coeur. Voyez-vous? Il n’était pas responsable de quiconque ne se trouvait pas sous le Signe.

Le Signe, prêché le 01er Septembre 1963, par William Branham

24Déc/16
En commun

L’Amour devrait Gouverner le Foyer

5    L’Amour devrait gouverner le foyer. L’Amour est la puissance la plus forte mise à disposition de l’homme. Un–un foyer qui n’est pas discipliné par l’Amour n’est pas vraiment un foyer. Si le mari et la femme ne s’aiment pas profondément, ils ne peuvent pas avoir confiance l’un dans l’autre. C’est pourquoi je pense que au lieu de faire reposer notre foi sur quelque émotion (ce qui est en ordre), ou sur quelque don (ce qui est en ordre), comme crier ou parler en langues, ou d’autres choses que nous prenons pour–disant que nous avons reçu le Saint-Esprit lorsque nous faisons cela… Ces choses sont en ordre. Mais si nous voulions revenir à ce principe: L’Amour d’abord, ensuite les autres choses.
Si nous faisions cela, notre église avancerait beaucoup plus rapidement, si nous prenions Dieu premièrement; car Dieu est Amour.

Extrait de « Quand L’Amour s’élance », prêché le 06 Août 1957 par William Branham

20Juin/16
Le Saint-Esprit

Que le Saint-Esprit descende sur lui

29     Voyez-vous comme le monde des églises organise et embrouille toute la chose, au point que ce n’est qu’un tas de credos? Ce sont des théories faites de main d’homme, introduites dans des choses spirituelles. Et les choses spirituelles vont se séparer de ça, chaque fois. Vous, — selon le vieux dicton, — vous ne pouvez pas mélanger de l’huile avec de l’eau. Ça ne se mélangera tout simplement pas. C’est tout. Il—il n’y a pas là d’ingrédients qui puissent se mélanger.

30     Et c’est pareil maintenant. Nous croyons que c’est le Saint-Esprit qui appelle des hommes. C’est le Saint-Esprit qui ordonne des hommes. Peu importe, nous pourrions imposer les mains à Frère McKinney, ou à n’importe quel autre ministre, pendant des heures et des heures, toute la journée, et lui donner de longues feuilles de papier qu’il pourrait signer, de vœux d’obéissance à des credos, ça ne produira jamais aucun effet sur lui. Mais que le Saint-Esprit descende sur lui, une fois. Voilà. Avec ça, ça y est. Personne n’a besoin de lui dire autre chose. Il est parti. Voyez? C’est tout. Et alors, la seule chose que nous, nous pouvons faire, c’est d’être en communion avec lui, reconnaissant que notre frère tienne cette place-là.

Ordination de William Branham a été prêchée le 11 Avril 1962

18Mai/16
Musique

Si de la Bonne Musique a ramené l’Esprit sur le Prophète

132     Ce vieux prophète fut avec raison fort indigné, et il les réprimanda sévèrement. Il leur parla de ce qu’il en était de leurs alliances et de leurs organisations. Il leur a dit: «Malgré tout, amenez-moi un joueur de harpe.» Oh, il lui fallait calmer un peu sa colère, vous savez. Il s’était mis dans tous ses états, et ainsi il avait dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

133     Et vous, alors, certains de vous, prétendue église de Christ, qui ne croyez pas à la musique dans l’église?

134     Après s’être tout excité, il lui fallut un peu de musique pour ramener sur lui l’Esprit. C’est vrai. Oui monsieur. Ne l’oubliez pas, Dieu ne change pas. Si de la bonne musique a ramené l’Esprit sur le prophète, alors ça fera la même chose aujourd’hui (c’est tout à fait exact), car Dieu aime cela. Assurément. Il a dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

135     Bon, direz-vous: «Oui, le prophète, ce n’est pas moi.» Mais vous pourriez peut-être vous joindre au joueur de harpe, vous savez. Vous pourriez faire quelque chose en ce sens, c’est tout. Vous avez bien un témoignage ou quelque chose que vous pourriez faire.

136     Je les vois qui amènent le joueur de harpe, et il joue « Crois seulement, tout est possible », et cela ramène l’Esprit et il recommence. « Crois seulement, tout est possible ». Il a fallu qu’il joue un petit moment avant que l’Esprit ne vienne sur le prophète.

137     Puis, lorsque l’Esprit est venu sur le prophète, il eut une vision. C’est ainsi que… Voyez, il ne pouvait le faire… Cette bande de très hauts placés de l’élite intellectuelle, ceux du côté intellectuel, du côté de l’éducation, des rois et des potentats, ne pouvaient pas percevoir la vision. C’est vrai. Ils étaient aveugles. C’est pour cela que, ce soir, ils veulent traiter la vision de Dieu de condition mentale, de télépathie, d’esprit du diable, ou de quelque chose du genre. Et c’est parce qu’ils sont intellectuels à ce point qu’ils ne connaissent rien de Dieu. C’est exact.

Extrait de « Entrez dans l’Esprit », 28 Avril 1961, William Branham

30Avr/16
Le Saint-Esprit

Sous la Conduite du Saint-Esprit

2          La première chose que j’aimerais dire, c’est que le pasteur assure toujours la direction entière du Tabernacle, en mon absence, et qu’à mon retour, je m’adresse uniquement au pasteur. Donc, il assure la direction entière : pendant mon absence, il peut faire tout changement ou tout ce qu’il juge bon de faire sous la conduite du Saint-Esprit.

3          Nous croyons en une Église apostolique, enseignant que les Bénédictions apostoliques sont pour les gens d’aujourd’hui. Nous croyons au plein Évangile, et nous croyons que tous les signes et tous les prodiges annoncés par notre Seigneur Jésus-Christ comme devant accompagner Son Église jusqu’à Son retour, nous croyons à ces choses. Et nous croyons qu’elles doivent être mises en ordre, que l’Église a Son ordre. Et chaque église a sa doctrine, et son ordre, sa discipline.

4          Notre église n’a pas de membres, c’est-à-dire d’adhérents. Nous croyons que toute l’Église universelle du Dieu vivant, tous, ce sont nos frères et sœurs; et tous les gens, quelle que soit la dénomination dont ils font partie, sont toujours les bienvenus au Branham Tabernacle, à l’angle de la Huitième rue et de la rue Penn, à Jeffersonville, dans l’Indiana.

L’ordre de L’église, pêché en 1958 par William Marrion Branham

16Avr/16
Seigneur, pardonne-moi

Dieu remplira chaque Temple qui se Consacrera

40    Oh, c’est stupide aux yeux des gens! Ils ne saisissent pas cela. Ils sont nés pour ne pas saisir cela, ainsi ils ne le saisiront pas. La Bible le dit. Très bien. Dieu remplit toujours Son temple. Il remplit Son temple au jour de la dédicace. Il le remplit de Sa personne. De même aujourd’hui, Dieu remplira chaque temple qui se consacrera complètement à Lui.
Tous ceux qui vont… Le temple, ce n’est pas ce petit bâtiment-ci. Le temple ce n’est pas celui qui est à Salt… Lake City. Le temple n’est pas celui qui est à Rome. Le temple, c’est vous. Vous êtes les temples dans lesquels Dieu veut habiter, et par lesquels Il veut S’exprimer, afin que toutes les nations puissent Le connaître. Vous êtes les images vivantes de Dieu, par lesquelles Dieu veut travailler.
Et à tout moment (Et chaque fois que – note de l’éditeur) tout homme ou toute femme oubliera toute la fausseté qu’il a entendue dans le monde, et qu’il se conformera aux Écritures, et s’en tiendra à Elles – tout comme Salomon s’est conformé à ce que Moïse avait fait, Moïse s’est conformé à ce que Dieu avait fait – Dieu a toujours honoré cela.

41    Et si nous retournons à la dédicace originelle et que nous ouvrions nos cœurs, et que nous nous vidions en même temps que nous les offrons en consécration à Dieu, Il remplira notre temple de Sa gloire de la Shekinah. Alors le Dieu Vivant Se mouvra dans une Église Vivante, parmi un peuple vivant et répandra Sa gloire. Alors, ensemble, un de ces jours, l’un étant comme ceci, et l’autre comme cela, et l’un dans un coin du pays, Elle se rassemblera pour former l’Épouse. Nous serons enlevés dans les airs pour Le rencontrer.
Maintenant, cette belle église, ce bâtiment que les gens, par les témoignages de leur vie, par leur amour pour Christ – les adorateurs consacrent aujourd’hui ce lieu d’adoration, afin que les gens puissent venir y adorer. Eh bien, ma sincère prière est que chaque adoration… chaque adorateur consacre son propre temple pour adorer dans le temple qui est consacré pour l’adoration. C’est cela la véritable dédicace.

« La Dédicace » prêchée le 11 Novembre 1962 par William Branham

20Mar/16
William Marrion Branham

Pardonnez…

36        Ce n’est pas l’homme. Quand vous voyez une personne comme ça, n’allez jamais penser que c’est l’homme; c’est le démon, qui est dans l’homme.

Or, ce fou furieux, qui était sur l’estrade ce soir-là, qui voulait me tuer, là-bas, dans l’Oregon. Cet homme, je, quand il est venu vers moi, au lieu de… il m’avait craché au visage et m’avait traité de “serpent dans l’herbe” devant près de dix mille personnes; eh bien, ce n’était pas cet, ce n’était pas l’homme. Lui, c’est un homme qui mange, qui boit, qui dort, qui a peut-être une famille, et qui aime, et–et qui est comme vous et moi. Mais c’était ce démon en lui qui faisait ça. Voyez?

37        Et on ne chasse jamais un démon par une mauvaise attitude. Il faut de l’amour pour le faire. L’amour est la force la plus puissante du monde. Or, si vous remarquez, un démon, c’est toujours de la haine. La haine vient du diable. Et quand des gens haïssent quelqu’un, souvenez-vous, c’est un démon terrible, ça : d’avoir du mépris ou de l’aversion. Il ne faut pas faire ça.

38        Vous vous souvenez que le–le… Jésus a dit, dans Son sermon, que lorsque vous priez : “Notre Père qui es aux Cieux”… Et plus loin, Il a dit : “Si, de tout votre coeur, vous ne pardonnez pas à chacun ses offenses, votre Père Céleste ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.” Voyez? Il ne faut pas faire ça.

William Branham dans Questions et Réponses du 23 Décembre 1959

 

10Jan/16
Lac Michigan Réveil

Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode

E-139 La grande dénomination tomba. Ça a toujours été ainsi quand Dieu entre en action, les autres choses tombent. Ce fut alors la plus grande victoire de Samson. Oh ! je souhaiterais voir l’Eglise du Dieu vivant se lever ce soir :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois. Envoie-nous un réveil, qu’il me coûte le tout ; qu’il me coûte tout ce que j’ai, envoie-moi un réveil. Envoie-le sur moi, Seigneur.  » Ecoute ce groupe d’environ trois cent personnes ou plus crier ici ce soir, à l’unisson :  » Seigneur Dieu, encore une fois, laisse-moi voir Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Laisse-moi reconnaître qu’Il est près de moi. Laisse-moi savoir qu’Il est ici pour prendre soin de moi. Je suis disposé maintenant.  »
E-140 Oh ! rendez-vous (compte), tous les ennemis étaient détruis. Les pentecôtistes se tiennent à ce poteau-là ce soir. Nous sommes nés pour détruire, ces choses, elles ont pris le dessus. Repentez-vous, criez à haute voix :  » Seigneur, encore une fois ; encore une fois, laisse-nous voir cela.  »
E-141 Laissez-moi dire ceci, mon ami. Vous feriez mieux de détruire votre ennemi avant que votre ennemi vous détruise. Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode, la repentance à l’ancienne mode, quand on restait à l’autel jusqu’à ce qu’on meurt et qu’on en ait fini avec le péché. On ne voyait jamais une femme allait à l’autel, mourir au péché, et le lendemain, revenir avec des cheveux coupés et du maquillage au visage. Cela n’existe pas. Le Saint-Esprit enseigne, la nature enseigne, la nature du Saint-Esprit. On ne voyait jamais des femmes sortir en sexy, elle rentraient et cherchaient à se couvrir. On ne voyait jamais des hommes avoir peur de se lever et craindre que sa petite femme le quitte l’une ou l’autre chose, pour avoir pris l’initiative. Eh bien, les hommes étaient des hommes à l’époque. Ils parlaient, ils étaient des hommes ; ils étaient maîtres chez eux. Ils étaient les chefs de la maison. Mais cet Américain raffiné.

E-142 J’ai appris il n’y a pas longtemps d’un petit érudit Grec, il est assis ici à me regarder maintenant, il vient de la Grèce, c’est un érudit en grec, il s’est mis à jouer mes bandes et il a suivi le Message. Il a dit :  » Je sais que vous n’avez même pas l’instruction, mais, Frère Branham, vos termes et votre Message sont en parfaite harmonie avec l’interprétation grecque de la Bible.  » Il a dit :  » C’est tout à fait exact. Ce que vous avez dit est tout à fait exact.  » Et il est venu vers moi, il me disait :  » Laodicée signifie,  » femme  » en grec. C’est le monde de la femme.  » C’est l’église de la femme.  » C’est l’âge de la femme. Plusieurs hommes voulaient… Quand est-ce que Dieu s’est jamais retrouvé dans cette condition-là ? Oui, êtes-vous prêt à ramener un réveil ? Etes-vous prêt ?

E-143 Une femme disait :  » J’ai le droit de faire ce que je veux. C’est mon privilège d’Américaine.  » C’est votre privilège d’Américaine ; ce n’est cependant pas un privilège que Dieu vous a donné. Une brebis… Une chèvre s’agitera toujours, mais une brebis se tiendra tranquille et abandonnera ses droits. Voyez ? Si vous êtes un véritable enfant de Dieu, vous abandonnerez vos droits d’Américain au Saint-Esprit, vous Le laisserez vous modeler et faire de vous ce que vous devriez être.  » Encore une fois, Seigneur.  » Oh ! la la !
E-144 Oh ! Eglise, abandonnez la Délila d’Hollywood ; elle va vous tuer. Elle fera sortir la vie spirituelle de vous en vous suffoquant. Abandonnez-la. Vos mises en scène d’Hollywood sur l’estrade. Votre Hollywood, vos clinquants, notre réunion ressemble en grande partie au reste du monde ; ce qu’on a dans les plus grandes églises. Un évangéliste va dans une ville, vous devez lui promettre beaucoup d’argent sinon, il ira pas là. Comme c’est ridicule ! Cela montre là où se trouve votre trésor, c’est là que se trouve votre cœur. Tournez-vous de tout votre cœur vers Dieu et vers Sa Parole, et crions :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois, manifeste Ta Présence. « 

Extrait de la brochure « Encore une fois seulement, Seigneur », prêchée par William Branham  le 20 Janvier 1963