Tag Archives: adoration

16Avr/16
Seigneur, pardonne-moi

Dieu remplira chaque Temple qui se Consacrera

40    Oh, c’est stupide aux yeux des gens! Ils ne saisissent pas cela. Ils sont nés pour ne pas saisir cela, ainsi ils ne le saisiront pas. La Bible le dit. Très bien. Dieu remplit toujours Son temple. Il remplit Son temple au jour de la dédicace. Il le remplit de Sa personne. De même aujourd’hui, Dieu remplira chaque temple qui se consacrera complètement à Lui.
Tous ceux qui vont… Le temple, ce n’est pas ce petit bâtiment-ci. Le temple ce n’est pas celui qui est à Salt… Lake City. Le temple n’est pas celui qui est à Rome. Le temple, c’est vous. Vous êtes les temples dans lesquels Dieu veut habiter, et par lesquels Il veut S’exprimer, afin que toutes les nations puissent Le connaître. Vous êtes les images vivantes de Dieu, par lesquelles Dieu veut travailler.
Et à tout moment (Et chaque fois que – note de l’éditeur) tout homme ou toute femme oubliera toute la fausseté qu’il a entendue dans le monde, et qu’il se conformera aux Écritures, et s’en tiendra à Elles – tout comme Salomon s’est conformé à ce que Moïse avait fait, Moïse s’est conformé à ce que Dieu avait fait – Dieu a toujours honoré cela.

41    Et si nous retournons à la dédicace originelle et que nous ouvrions nos cœurs, et que nous nous vidions en même temps que nous les offrons en consécration à Dieu, Il remplira notre temple de Sa gloire de la Shekinah. Alors le Dieu Vivant Se mouvra dans une Église Vivante, parmi un peuple vivant et répandra Sa gloire. Alors, ensemble, un de ces jours, l’un étant comme ceci, et l’autre comme cela, et l’un dans un coin du pays, Elle se rassemblera pour former l’Épouse. Nous serons enlevés dans les airs pour Le rencontrer.
Maintenant, cette belle église, ce bâtiment que les gens, par les témoignages de leur vie, par leur amour pour Christ – les adorateurs consacrent aujourd’hui ce lieu d’adoration, afin que les gens puissent venir y adorer. Eh bien, ma sincère prière est que chaque adoration… chaque adorateur consacre son propre temple pour adorer dans le temple qui est consacré pour l’adoration. C’est cela la véritable dédicace.

« La Dédicace » prêchée le 11 Novembre 1962 par William Branham

24Fév/16
Dans quel but venir à la maison du Seigneur

Dans quel but venir à la maison du Seigneur

  1. Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous dire ce que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ attend de nous, quand nous entrons dans la maison de notre Seigneur pour adorer?

111      Très bien, c’est une bonne question. C’est une question tout à fait essentielle, pour n’importe quelle église. Dieu s’attend à ce que vous veniez à cette maison, à l’église… Bon, celle-là, ce n’est qu’une question, qu’une question posée, comme ça. Ce n’est pas une question sur l’Écriture, c’est – mais en même temps ça l’est. Attendez, je vais vous dire ce qu’Il a dit. Premièrement, si vous voulez l’Écriture, les gens sont censés venir à la maison de Dieu dans un seul but, celui d’adorer, de chanter des cantiques et d’adorer Dieu. Voilà ce que Dieu attend de nous. Il ne s’attend pas à ce que nous entrions dans la maison de Dieu pour parler de ce qui nous concerne, ou d’autre chose, ou pour parler les uns des autres, ou pour parler de ce que nous prévoyons faire pendant la semaine; Il s’attend à ce que nous venions pour L’adorer. C’est une maison d’adoration. “Et tout doit se faire avec bienséance et avec ordre”, a dit Paul, dans la Bible. Tout doit être impeccable. Il doit y avoir un message.

112      La première chose que je dirais, c’est que, selon les règles observées par l’Église dans l’Ancien Testament, ou plutôt, dans le Nouveau Testament, premièrement, les gens entraient dans l’église de–de Dieu avec un Esprit d’adoration. Et ils entraient, on chantait des cantiques. Et peut-être que le prédicateur prenait la parole, car il était un prophète de l’église. (Un prophète du Nouveau Testament est un prédicateur; nous savons ça : “Le témoignage de Jésus-Christ est l’Esprit de la prophétie”, dit l’Apocalypse.)

113      Alors, le prédicateur commençait à prêcher. Pendant qu’il prêchait, là les bénédictions – vers la, peut-être la fin de sa prédication – se mettaient à descendre; les gens disaient : “Amen”, se mettaient à bénir Dieu. Ensuite, dès qu’il arrêtait de prêcher, peut-être qu’un message venait, peut-être que c’était prononcé dans des langues inconnues (I Corinthiens 14.13, 14). Alors–alors, s’il n’y avait pas d’interprète dans l’église, ces gens devaient se taire – parce qu’ils parlent effectivement en langues, mais ils le font devant Dieu. Voyez? Par contre, s’ils parlent en langues et qu’il y a un interprète, l’interprète est censé donner le message. Toutes les églises sont en train de se rallier à cela.

QUESTIONS ET RÉPONSES n° 2 prêché le 03 Janvier 1954, soir, par William Branham, Traduction VGR

10Jan/16
Lac Michigan Réveil

Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode

E-139 La grande dénomination tomba. Ça a toujours été ainsi quand Dieu entre en action, les autres choses tombent. Ce fut alors la plus grande victoire de Samson. Oh ! je souhaiterais voir l’Eglise du Dieu vivant se lever ce soir :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois. Envoie-nous un réveil, qu’il me coûte le tout ; qu’il me coûte tout ce que j’ai, envoie-moi un réveil. Envoie-le sur moi, Seigneur.  » Ecoute ce groupe d’environ trois cent personnes ou plus crier ici ce soir, à l’unisson :  » Seigneur Dieu, encore une fois, laisse-moi voir Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Laisse-moi reconnaître qu’Il est près de moi. Laisse-moi savoir qu’Il est ici pour prendre soin de moi. Je suis disposé maintenant.  »
E-140 Oh ! rendez-vous (compte), tous les ennemis étaient détruis. Les pentecôtistes se tiennent à ce poteau-là ce soir. Nous sommes nés pour détruire, ces choses, elles ont pris le dessus. Repentez-vous, criez à haute voix :  » Seigneur, encore une fois ; encore une fois, laisse-nous voir cela.  »
E-141 Laissez-moi dire ceci, mon ami. Vous feriez mieux de détruire votre ennemi avant que votre ennemi vous détruise. Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode, la repentance à l’ancienne mode, quand on restait à l’autel jusqu’à ce qu’on meurt et qu’on en ait fini avec le péché. On ne voyait jamais une femme allait à l’autel, mourir au péché, et le lendemain, revenir avec des cheveux coupés et du maquillage au visage. Cela n’existe pas. Le Saint-Esprit enseigne, la nature enseigne, la nature du Saint-Esprit. On ne voyait jamais des femmes sortir en sexy, elle rentraient et cherchaient à se couvrir. On ne voyait jamais des hommes avoir peur de se lever et craindre que sa petite femme le quitte l’une ou l’autre chose, pour avoir pris l’initiative. Eh bien, les hommes étaient des hommes à l’époque. Ils parlaient, ils étaient des hommes ; ils étaient maîtres chez eux. Ils étaient les chefs de la maison. Mais cet Américain raffiné.

E-142 J’ai appris il n’y a pas longtemps d’un petit érudit Grec, il est assis ici à me regarder maintenant, il vient de la Grèce, c’est un érudit en grec, il s’est mis à jouer mes bandes et il a suivi le Message. Il a dit :  » Je sais que vous n’avez même pas l’instruction, mais, Frère Branham, vos termes et votre Message sont en parfaite harmonie avec l’interprétation grecque de la Bible.  » Il a dit :  » C’est tout à fait exact. Ce que vous avez dit est tout à fait exact.  » Et il est venu vers moi, il me disait :  » Laodicée signifie,  » femme  » en grec. C’est le monde de la femme.  » C’est l’église de la femme.  » C’est l’âge de la femme. Plusieurs hommes voulaient… Quand est-ce que Dieu s’est jamais retrouvé dans cette condition-là ? Oui, êtes-vous prêt à ramener un réveil ? Etes-vous prêt ?

E-143 Une femme disait :  » J’ai le droit de faire ce que je veux. C’est mon privilège d’Américaine.  » C’est votre privilège d’Américaine ; ce n’est cependant pas un privilège que Dieu vous a donné. Une brebis… Une chèvre s’agitera toujours, mais une brebis se tiendra tranquille et abandonnera ses droits. Voyez ? Si vous êtes un véritable enfant de Dieu, vous abandonnerez vos droits d’Américain au Saint-Esprit, vous Le laisserez vous modeler et faire de vous ce que vous devriez être.  » Encore une fois, Seigneur.  » Oh ! la la !
E-144 Oh ! Eglise, abandonnez la Délila d’Hollywood ; elle va vous tuer. Elle fera sortir la vie spirituelle de vous en vous suffoquant. Abandonnez-la. Vos mises en scène d’Hollywood sur l’estrade. Votre Hollywood, vos clinquants, notre réunion ressemble en grande partie au reste du monde ; ce qu’on a dans les plus grandes églises. Un évangéliste va dans une ville, vous devez lui promettre beaucoup d’argent sinon, il ira pas là. Comme c’est ridicule ! Cela montre là où se trouve votre trésor, c’est là que se trouve votre cœur. Tournez-vous de tout votre cœur vers Dieu et vers Sa Parole, et crions :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois, manifeste Ta Présence. « 

Extrait de la brochure « Encore une fois seulement, Seigneur », prêchée par William Branham  le 20 Janvier 1963

30Déc/15
WilliamBranham

Venant à la communion

E-5 Bien, je pensais que peut-être ce soir, ce serait une soirée consacrée à la communion. Et j’apprends qu’on a tenu un service de baptême et qu’on va en tenir un autre. J’aime venir pour – pour la communion. La fois passée, j’ai manqué cela pour n’avoir pas été ici. J’ai manqué cela. Et je savais que ceci est le premier dimanche, c’est pourquoi j’ai pris des dispositions pour être ici, afin de pouvoir prendre part à la communion ce soir. En effet, je pense vraiment que c’est le devoir de tout chrétien de prendre la communion. La Bible dit : « Si vous ne prenez pas ceci, vous n’avez point de part avec Moi. » Et je crois que c’est un – un moment d’épreuve pour les Chrétiens. Si nous ne la prenons pas, nous n’avons point de part avec Lui. Et si nous la prenons indignement, nous sommes alors coupables envers le Corps et la mort de Christ. Ainsi, cela amène le chrétien au point où il reste en prière. Ainsi, en venant à la communion, on devrait venir avec révérence, solennité et sainteté, s’en approcher en confessant toutes nos fautes, en priant les uns pour les autres. Pas seulement cela, mais nous devrions sentir… S’il y a parmi nous un frère ou une soeur que nous pensons être un tout petit peu sorti de la ligne quelque part, la nuit de la communion, nos coeurs devraient avoir un fardeau pour cette personne, surtout pour les rencontrer, afin qu’ils soient en mesure de s’approcher pour prendre la communion et ne pas être condamnés avec le monde, car ce sont nos frères et soeurs.

Prédication « Que votre Lumière luise ainsi devant les Hommes (Le Panneau Publicitaire de Dieu) », préchée le 1963, William Marrion Branham

26Août/15
La Prière fervente, Le travail de l'âme

Prière fervente

E-75 Nous voyons dans Jacques 5.15, la Bible dit que la prière fervente (c’est-à-dire qu’on est poussé à bout) – la prière fervente du juste a une grande efficacité. Quand un homme juste, un homme de bien est en travail ou que son âme voyage ou plutôt que son âme est en travail, l’un ou l’autre… [Frère Branham utilise le terme anglais  » travel « , qui signifie  » voyage  » au lieu du terme  » travail « , qui signifie  » douleurs d’enfantement  » – N.D.T.] (Je – je pense que voyage [En anglais :  » Travel – N.D.T.] est le meilleur terme. Travail ou voyage [En anglais :  » Travail  » or  » travel  » – N.D.T.], l’un ou l’autre, le terme par lequel vous voulez désigner cela.) Mais quand une – l’âme est poussée à bout tandis qu’elle travaille, la prière fervente d’un homme qui peut montrer le Signe produit quelque chose. Vous voyez?

E-76 Remarquez ce que la Bible dit aussi ici dans Jacques 16… 5.16, il est dit:  » Si… En confessant nos péchés (en nous mettant en ordre, nous préparant pour cela)… Confessons nos péchés les uns aux autres.  » N’ayons point – point de péché… demandez aux gens de prier pour vous, confessant nos péchés les uns aux autres et priant les uns pour les autres… Voilà ! Ayant un amour – un amour tel que j’aurai confiance, et que je pourrai vous confesser mes torts. Vous pouvez me confesser vos torts; je vous aime tellement que je vais prier pour vous, et vous, vous prierez pour moi; et je m’en tiendrai à cela, à cette prière fervente jusqu’à ce qu’elle soit exaucée. C’est – c’est cela être poussé à bout. C’est la condition dans laquelle nous devrions être.

Poussé à bout, prêché le 01 Septembre 1963, soir, à Jeffersonville par le Prophète William Branham, Traduction SHP

 

17Août/15
William Marrion Branham

Prier, c’est entrer dans une atmosphère

34.  Les hommes et les femmes qui y vivent sont mal compris. Saisissez-vous cela? Ils deviennent particuliers. Ils n’entendent plus les choses du monde, ou même s’ils les entendent, ils n’y prêtent plus attention. Ils avancent tout simplement. Dieu n’a jamais mis cela là-dedans pour rien. Dieu ne vient jamais de façon hasardeuse. La prière n’est pas un – un peut-être. La prière est une chose sincère. Prier, c’est parler à Dieu. Prier, ce n’est pas s’agenouiller, fermer les yeux, et penser à votre lessive ou au travail que vous faites, et dire :  » Seigneur, aide-moi et John, et guéris Mlle Jones et ainsi de suite. » Ce n’est pas ça prier. Ça, c’est réciter des paroles. Mais prier, c’est entrer dans une atmosphère où vous réalisez que vous êtes dans la Présence de Dieu et alors vous entrez dans la plus profonde sincérité. Tout d’abord, vous offrez une petite adoration, disant : « Ô Jéhovah, comme je T’aime ! » Saisissez-vous cela ? Ensuite, après la prière d’adoration, vous vous approchez alors avec un cœur sincère pour faire une demande.

« Si vous demeurez en Moi« , ce n’est pas sortir de derrière les rideaux pour retourner dans le monde aujourd’hui et courir partout, puis chercher à revenir ce soir derrière les rideaux. « Si vous demeurez en Moi, que Mes Paroles demeurent en vous… » En d’autres termes, si vous êtes comme la verge d’Aaron qui avait été amenée jusque dans la Gloire de la Shekinah, près du pot en or contenant la manne, où vous pouvez la manger n’importe quand… Et votre âme est rafraîchie, elle fleurit et porte des fruits. Demeurer. « Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, alors demandez ce que vous voulez, cela vous sera accordé. »

Le Surnaturel (L’Atmosphère SPIRITUELLE), prêché par William BRANHAM, le 29 Janvier 1956

12Août/15
Campagne

Ma maison sera une maison d’adoration, de prière

50     Mais il se trouve que moi, je peux le faire. Alors, je–je… Et je–je veux que vous vous souveniez de mes paroles, vous voyez. Et tout ceci est enregistré, vous voyez. Tout est enregistré. Et, s’il vous plaît, que chacun des diacres reste à son poste, et souvenez-vous que vous avez reçu de Dieu le mandat de vous acquitter de ce poste comme d’un devoir sacré. Voyez? C’est pareil pour chacun des administrateurs. Quant au pasteur, il doit apporter…

51     Ce n’est pas le rôle du pasteur d’avoir à dire ça. C’est celui des administrateurs… ou, je veux dire, des diacres, parce que ce sont eux qui sont la police de l’église. Par exemple, si des jeunes couples viennent à l’extérieur et se mettent à klaxonner, et, vous savez, comme ils ont l’habitude de faire, ou quelque chose comme ça, pendant les réunions, ou s’ils sont là, dehors. De même, si une mère envoie sa fille ici, et qu’elle part avec un petit voyou, qu’elle file en voiture avec lui, alors que sa mère pense qu’elle est à l’église, comme ça. C’est au diacre à s’en occuper. “Ou bien vous entrez et vous vous assoyez, ou bien je vous ramène moi-même chez votre mère dans ma voiture.” Voyez? Vous–vous devez le faire.

52     Rappelez-vous: L’amour est correctif, vous voyez, toujours. L’amour authentique est correctif, alors, vous devez pouvoir supporter la correction. Donc, les mères savent maintenant qu’il y a un endroit ici pour leurs bébés. Vous, les jeunes enfants, vous savez qu’il ne faut pas courir dans le bâtiment. Voyez? Et vous, les adultes, vous savez qu’il ne faut pas parler ou tenir des conversations dans la salle. Voyez? Ne faites pas ça. C’est mal. Ce n’est pas agréable à Dieu.

53     Jésus a dit: “Il est écrit que Ma maison sera une maison d’adoration, de prière. Qu’elle sera appelée la maison de prière, par toutes les nations!” Et ils y achetaient et y vendaient, alors Il s’est fait un fouet avec des cordes et Il a chassé les gens de la salle. On ne veut certainement pas que ça se produise dans ce sanctuaire-ci. Alors, consacrons nos vies, notre église, notre travail, notre service, et tout ce que nous possédons, au Royaume de Dieu.

Dieu se cache et se révèle dans la simplicité, William Branham,  17 Mars 1963

08Août/15
Frère et Soeur Branham

Pour abandonner nos volontés propres

13     L’autre soir, il devait être un peu après minuit, mon épouse et moi, après être restés debout plus tard que d’habitude, à prier et à parler au Seigneur, d’un côté et de l’autre du petit tabouret dans le… notre salon, avec nos deux Bibles ouvertes, nous nous sommes reconsacrés à Dieu, pour un service total, pour abandonner nos volontés propres, et tout, et chaque pensée négative, et, pour servir le Seigneur Jésus.
    Et j’espère que ça a été votre attitude à vous, aussi, que vous avez fait la même chose. Alors, comme nous venons ce soir, nous venons sur un terrain saint, au milieu d’un peuple qui a été en prière, et qui a jeûné, et qui a fait des restitutions, et qui s’est préparé à recevoir quelque chose de Dieu. Et je sais que celui qui viendra affamé ne repartira pas affamé, mais que Dieu le nourrira du Pain de Vie.

14     Maintenant, avant de lire dans Son Livre sacré, courbons la tête juste un instant pour prier.

15     Seigneur, il y a déjà eu de la prière qui a été prononcée dans cet endroit ce soir. Il y a eu… les cantiques de Sion ont été chantés par Tes enfants. Leurs cœurs se sont élevés. Et nous sommes venus ici pour nous consacrer à Toi, et pour T’adorer du plus profond de notre âme. Et nous Te rappelons ceci, Seigneur, c’est que Tu as dit, quand Tu étais assis sur la montagne et que Tu enseignais Tes disciples: “Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.” Tu l’as promis, Seigneur. Nous venons ce soir avec des cœurs ouverts. Nous venons, nous avons faim et soif, et nous savons que Tu tiendras Ta promesse.

Brochure  » Qu’est-ce que le Saint-Esprit?  prêchée par William Branham le 16 Décembre 1959

20Juil/15
Dossier sur williambranham.fr

Ces bons vieux cantiques

359  Je prie que Dieu… Chacun de mes amis catholiques qui sont ici et chacun de mes amis protestants, et même… Ils ne sont pas plus… Si quelque… Je–je vous aime vraiment tous. Et Dieu sait si c’est vrai ou pas. Observez, dans la ligne de prière, quand il y a les aveugles–aveugles et les boiteux, Il ne dit pas : “Catholique.”
360 Voici un homme, assis ici même sur l’est-… ici même, un catholique qui se mourait, rongé par le cancer; il est venu chez moi, et le Saint-Esprit est descendu sur lui, l’a guéri de ce cancer. Il ne lui a jamais dit s’il était catholique ou pas. Je ne lui en ai pas soufflé mot. Il est venu, s’est fait baptiser au Nom de Jésus-Christ et a reçu le Saint-Esprit. Voilà l’homme, assis juste là, un homme d’affaires de Louisville. Oui. Voyez?
361 Il ne demande pas si vous êtes catholique ou pas. Ce qui importe, c’est que votre coeur ait faim de Dieu. “Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.” Pas vrai? Amen. Que le Seigneur vous bénisse.

362 Combien connaissent ce bon vieux cantique, Béni soit le lien? Combien de personnes ici sont âgées de plus de quarante ans, levez la main avec moi, et dites : “Je me rappelle ce vieux cantique, de quarante ans en arrière, Béni soit le lien”?

Béni soit le lien
Qui nous unit en Christ,
Le saint amour, l’amour Divin
Que verse en nous l’Esprit.
363 Vous aimez ces vieux cantiques, n’est-ce pas? Écoutez, je veux dire ceci : si nous avions plus de ces vieux cantiques au lieu de toute cette excitation que nous avons, je crois que l’église serait dans une meilleure situation. J’aime ces bons vieux cantiques qui ont été composés par le Saint-Esprit.

364 Ces vieux de la vieille, autrefois, je me rappelle, un vieil homme de couleur avait l’habitude de s’asseoir derrière la maison, là-bas, dans les montagnes du Kentucky. Quand il était abattu, il s’asseyait sur ce vieux–vieux tronc d’arbre, et il tambourinait sur ce tronc d’arbre. Je me rappelle très bien de lui, il avait une petite couronne de cheveux blancs. Il chantait ce vieux cantique, un vieux cantique :
        
    Je me lèverai, j’irai vers Jésus,          
    Il me prendra dans Ses bras;         
    Dans les bras de mon cher Sauveur,        
    Oh, je trouve dix mille joies.     
365 Ce n’est pas très mélodieux. Combien ont déjà entendu ce vieux cantique? Oh! C’est bien, ça. Écoutez. [fin de l’enregistrement–N.D.É.]

54-0515 QUESTIONS.ET.RÉPONSES_ JEFF.IN COD SAMEDI_