Category Archives: William Branham

09Nov/16
Dieu comme l'Arc-en-Ciel

Continuez à ne Désirer que Christ

80. Très urgent. Frère Branham, sachant que le temps tire à sa fin et que l’éternité prend place, que conseilleriez-vous à un couple qui projette de se marier? 39 Allez de l’avant et mariez-vous, voyez-vous? Continuez simplement comme si vous alliez vivre encore une centaine d’années ici sur terre. Allez tout simplement de l’avant; continuez à ne désirer que Christ, pas les choses du monde mais Christ, voyez-vous? Allez de l’avant, mariez-vous, mes enfants. Que Dieu bénisse votre mariage.

08Nov/16
Lac Michigan Réveil

Grâce au Droit de Vote des Femmes

Puis, dans la sixième vision, une femme de la plus grande beauté, mais cruelle, s’éleva en Amérique. Elle avait un pouvoir total sur les gens. Je crus qu’il s’agissait de la montée de l’Église catholique romaine, mais je savais que c’était peut-être la vision d’une femme qui allait prendre un grand pouvoir en Amérique grâce au droit de vote des femmes.

Exposé des 7 âges, p314, prêché par William Branham, 1965

18Mai/16
Musique

Si de la Bonne Musique a ramené l’Esprit sur le Prophète

132     Ce vieux prophète fut avec raison fort indigné, et il les réprimanda sévèrement. Il leur parla de ce qu’il en était de leurs alliances et de leurs organisations. Il leur a dit: «Malgré tout, amenez-moi un joueur de harpe.» Oh, il lui fallait calmer un peu sa colère, vous savez. Il s’était mis dans tous ses états, et ainsi il avait dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

133     Et vous, alors, certains de vous, prétendue église de Christ, qui ne croyez pas à la musique dans l’église?

134     Après s’être tout excité, il lui fallut un peu de musique pour ramener sur lui l’Esprit. C’est vrai. Oui monsieur. Ne l’oubliez pas, Dieu ne change pas. Si de la bonne musique a ramené l’Esprit sur le prophète, alors ça fera la même chose aujourd’hui (c’est tout à fait exact), car Dieu aime cela. Assurément. Il a dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.»

135     Bon, direz-vous: «Oui, le prophète, ce n’est pas moi.» Mais vous pourriez peut-être vous joindre au joueur de harpe, vous savez. Vous pourriez faire quelque chose en ce sens, c’est tout. Vous avez bien un témoignage ou quelque chose que vous pourriez faire.

136     Je les vois qui amènent le joueur de harpe, et il joue « Crois seulement, tout est possible », et cela ramène l’Esprit et il recommence. « Crois seulement, tout est possible ». Il a fallu qu’il joue un petit moment avant que l’Esprit ne vienne sur le prophète.

137     Puis, lorsque l’Esprit est venu sur le prophète, il eut une vision. C’est ainsi que… Voyez, il ne pouvait le faire… Cette bande de très hauts placés de l’élite intellectuelle, ceux du côté intellectuel, du côté de l’éducation, des rois et des potentats, ne pouvaient pas percevoir la vision. C’est vrai. Ils étaient aveugles. C’est pour cela que, ce soir, ils veulent traiter la vision de Dieu de condition mentale, de télépathie, d’esprit du diable, ou de quelque chose du genre. Et c’est parce qu’ils sont intellectuels à ce point qu’ils ne connaissent rien de Dieu. C’est exact.

Extrait de « Entrez dans l’Esprit », 28 Avril 1961, William Branham

29Avr/16
Prenez soin de votre papa

Comment pouvez-vous haïr votre frère ?

E-69 Souvenez-vous de Lui pendant que nous sommes à genoux à la croix. Que ce soit un prêtre catholique, un presbytérien, quoi qu’il puisse être, que cet homme vienne pendant qu’il lit son nom là-dedans : « Il était blessé pour les péchés de ce prêtre. Il était blessé pour ce méthodiste, ce baptiste, ce pentecôtiste, ce que. blessé pour nos péchés. » Mon nom, votre nom, peu importe qui vous êtes. Croyons donc cela. Non pas ce que le credo dit ; ce que la Parole dit. Ensuite agenouillons-nous ensemble à la croix ; nous sommes frères. Oh, oui, les traditions. Nous nous purifions alors de toutes les traditions mortes. Il se pourrait qu’il y ait quarante évêques de district ; il se pourrait qu’il y ait quarante souverains sacrificateurs ; il se pourrait qu’il y ait des cardinaux, des évêques, des papes, et toute autre chose, criant : « Sortez de là. Ne vous souillez pas. » Mais vous, mettez votre bras autour de votre frère, frère. Il y a quelque chose de réel. Vous avez reçu le pardon sous la même expiation par laquelle il a été pardonné. Vous êtes des frères. Cela rapproche plus qu’un frère. Il y a là quelque chose qui vous attire si près de Dieu. Et quand vous êtes près de Dieu, vous vous rapprochez l’un de l’autre. Comment pouvez-vous haïr votre frère que vous voyez, ou le mépriser, et dire que vous aimez Dieu que vous n’avez pas vu ? Vous devenez un menteur, et la vérité n’est pas en vous. Mais quand nous en arrivons à ce point où le Sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché, alors nous sommes frères. Alors il n’y a pas de distinction parmi nous. Nos vieilles petites marques que nous avons apposées sur nous ne représentent rien.

Extrait du sermon « ETRE PARDONNE », prêché par William BRANHAM le 28 Octobre 1963, Traduction SHP

20Fév/16
Seigneur, pardonne-moi

Seigneur, pardonne-moi

  1. Je voudrais savoir ce que signifie ce qui–ce qui suit : I Timothée, 2… II Timothée, chapitre 2, verset 16.

136      Un instant. II Timothée. [espace.non.enregistré.sur.la.bande–N.D.É.] On se réunit. Peut-être que vous ne serez pas d’accord sur ce que j’ai dit. On rentre chez nous… Ensuite, vous rentrerez chez vous et vous étudierez beaucoup, ce qui servira à faire de vous quelqu’un de spirituel. Très bien, II Timothée 2.16, voici ce qu’on y lit :

Évite les discours vains et profanes; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété,

Oui. Très bien, vous voulez savoir ce que sont ces “discours profanes”. “Profanes… évite les discours profanes, car ils se multiplieront.”

137      Bon, la première chose, “les discours profanes, car ils se multiplieront”. Bon, tout ce qui n’est que de l’espèce de vieux… que du babillage, sans plus. La Bible dit, Jésus a dit : “Que votre oui soit oui, et que votre non soit non, car tout ce qu’on y ajoute mène au péché.” Vous n’êtes même pas censés blaguer ni faire le pitre l’un avec l’autre. Dieu vous fera rendre compte de chaque parole vaine que vous aurez proférée. Saviez-vous ça? La Bible dit que vous devrez rendre compte de toute parole vaine. Alors, quelle sorte de gens devrions-nous être? Des gens qui sont francs, sérieux, pleins d’amour, gentils, jamais un déversement de sottises, toujours en train de…

138      Regardez. Prenez quelqu’un qui commence, aujourd’hui… J’ai remarqué que c’est mon cas, c’est dans ma nature, étant Irlandais; et, de toute manière, j’ai toujours beaucoup de salive quand il s’agit de faire le pitre et toutes sortes de singeries. Et de temps–de temps à autre, même ma femme me dit : “Allons, Bill!”

Je dis : “C’est vrai, chérie.” Elle dit, je joue avec les enfants, je dis, je fais le pitre avec eux ou quelque chose comme ça, je dis : “Eh bien, vous savez, il y a eu trois grands hommes qui sont sortis du Kentucky.

– Qui ça?
– Eh bien, Abraham Lincoln.
– Oui.
– Daniel Boone.
– Oui.
– Et votre père.” Quelque chose comme ça.

139      Elle me dit : “Allons, Bill, te voilà reparti.” Je suis obligé de me retirer dans le petit bureau, quelque part, et je dis : “Seigneur, pardonne-moi, je ne voulais pas dire ça. Fais quelque chose pour moi; fais que j’arrête de faire ça.” Voyez?

140      Et chaque jour, je, si je fais ça… Or, nous parlions du mot rétrograder, ce matin. Quand vous faites ça, vous êtes rétrograde. Oui monsieur! Vous devez vous repentir. Pas vrai? Bon, je ne dis pas que vous êtes retourné dans le monde et que vous avez fait ceci et cela, mais vous avez fait quelque chose. Vous devez vous repentir et mourir journellement, pour vivre en Jésus-Christ. Donc, chaque, – journellement, – chaque jour, vous devez mourir chaque jour, pour vivre en Jésus-Christ.

141      Quand je fais quelque chose – et il m’arrive souvent de mal agir. Je suis quelque part, et quelqu’un dit telle ou telle chose, et je me permets une petite plaisanterie à ce sujet. Quelqu’un dit… Pas une plaisanterie de mauvais goût; en effet, je ne crois pas que les Chrétiens font des plaisanteries grossières. Non monsieur! Non monsieur! Ce n’est même pas digne de Chrétiens, dit la Bible. Il y est dit de repousser les choses profanes de ce genre, les plaisanteries, les blagues et ce genre de chose. Non, les Chrétiens ne racontent pas ces choses-là; les Chrétiens ont des pensées pures.

142      Mais si on ne fait pas attention, de temps en temps, là, un homme, il fera une petite plaisanterie aujourd’hui. Eh bien, il pensait qu’il n’y avait pas vraiment de mal à ça, alors il laisse passer, il n’y pense plus. Le lendemain, on fait deux petites plaisanteries. Et tout d’un coup, on fait quelque chose d’autre. Et voilà, ça mène tout droit dans le même vieux système de nouveau. Pas vrai? Tenez-vous loin de cette affaire-là. Fuyez ça! Et évitez ce babillage profane.

QUESTIONS ET RÉPONSES n° 2 prêché le 03 Janvier 1954, soir, par William Branham, Traduction VGR

10Jan/16
Lac Michigan Réveil

Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode

E-139 La grande dénomination tomba. Ça a toujours été ainsi quand Dieu entre en action, les autres choses tombent. Ce fut alors la plus grande victoire de Samson. Oh ! je souhaiterais voir l’Eglise du Dieu vivant se lever ce soir :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois. Envoie-nous un réveil, qu’il me coûte le tout ; qu’il me coûte tout ce que j’ai, envoie-moi un réveil. Envoie-le sur moi, Seigneur.  » Ecoute ce groupe d’environ trois cent personnes ou plus crier ici ce soir, à l’unisson :  » Seigneur Dieu, encore une fois, laisse-moi voir Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Laisse-moi reconnaître qu’Il est près de moi. Laisse-moi savoir qu’Il est ici pour prendre soin de moi. Je suis disposé maintenant.  »
E-140 Oh ! rendez-vous (compte), tous les ennemis étaient détruis. Les pentecôtistes se tiennent à ce poteau-là ce soir. Nous sommes nés pour détruire, ces choses, elles ont pris le dessus. Repentez-vous, criez à haute voix :  » Seigneur, encore une fois ; encore une fois, laisse-nous voir cela.  »
E-141 Laissez-moi dire ceci, mon ami. Vous feriez mieux de détruire votre ennemi avant que votre ennemi vous détruise. Ramenez les réunions de prière à l’ancienne mode, la repentance à l’ancienne mode, quand on restait à l’autel jusqu’à ce qu’on meurt et qu’on en ait fini avec le péché. On ne voyait jamais une femme allait à l’autel, mourir au péché, et le lendemain, revenir avec des cheveux coupés et du maquillage au visage. Cela n’existe pas. Le Saint-Esprit enseigne, la nature enseigne, la nature du Saint-Esprit. On ne voyait jamais des femmes sortir en sexy, elle rentraient et cherchaient à se couvrir. On ne voyait jamais des hommes avoir peur de se lever et craindre que sa petite femme le quitte l’une ou l’autre chose, pour avoir pris l’initiative. Eh bien, les hommes étaient des hommes à l’époque. Ils parlaient, ils étaient des hommes ; ils étaient maîtres chez eux. Ils étaient les chefs de la maison. Mais cet Américain raffiné.

E-142 J’ai appris il n’y a pas longtemps d’un petit érudit Grec, il est assis ici à me regarder maintenant, il vient de la Grèce, c’est un érudit en grec, il s’est mis à jouer mes bandes et il a suivi le Message. Il a dit :  » Je sais que vous n’avez même pas l’instruction, mais, Frère Branham, vos termes et votre Message sont en parfaite harmonie avec l’interprétation grecque de la Bible.  » Il a dit :  » C’est tout à fait exact. Ce que vous avez dit est tout à fait exact.  » Et il est venu vers moi, il me disait :  » Laodicée signifie,  » femme  » en grec. C’est le monde de la femme.  » C’est l’église de la femme.  » C’est l’âge de la femme. Plusieurs hommes voulaient… Quand est-ce que Dieu s’est jamais retrouvé dans cette condition-là ? Oui, êtes-vous prêt à ramener un réveil ? Etes-vous prêt ?

E-143 Une femme disait :  » J’ai le droit de faire ce que je veux. C’est mon privilège d’Américaine.  » C’est votre privilège d’Américaine ; ce n’est cependant pas un privilège que Dieu vous a donné. Une brebis… Une chèvre s’agitera toujours, mais une brebis se tiendra tranquille et abandonnera ses droits. Voyez ? Si vous êtes un véritable enfant de Dieu, vous abandonnerez vos droits d’Américain au Saint-Esprit, vous Le laisserez vous modeler et faire de vous ce que vous devriez être.  » Encore une fois, Seigneur.  » Oh ! la la !
E-144 Oh ! Eglise, abandonnez la Délila d’Hollywood ; elle va vous tuer. Elle fera sortir la vie spirituelle de vous en vous suffoquant. Abandonnez-la. Vos mises en scène d’Hollywood sur l’estrade. Votre Hollywood, vos clinquants, notre réunion ressemble en grande partie au reste du monde ; ce qu’on a dans les plus grandes églises. Un évangéliste va dans une ville, vous devez lui promettre beaucoup d’argent sinon, il ira pas là. Comme c’est ridicule ! Cela montre là où se trouve votre trésor, c’est là que se trouve votre cœur. Tournez-vous de tout votre cœur vers Dieu et vers Sa Parole, et crions :  » Encore une fois, Seigneur. Encore une fois, manifeste Ta Présence. « 

Extrait de la brochure « Encore une fois seulement, Seigneur », prêchée par William Branham  le 20 Janvier 1963

31Déc/15
un sermon vécu vaut mieux qu'un sermon prêché

Un sermon vécu vaut mieux qu’un sermon prêché

1.  Inclinons la tête juste un instant. Notre Bienveillant Père céleste, nous sommes très heureux ce soir d’avoir cette communion ensemble, et du fait que Tu nous as rassemblés. Ce merveilleux cantique a vraiment ravi nos cœurs : « Le Puissant Conquérant. » Nous sommes très heureux de savoir qu’Il est ici ce soir pour déchirer tout voile qui est entre Lui et nous. Ô Dieu, je Te prie d’ôter, des yeux des gens, tout voile de ténèbres ce soir, et que ce voile soit déchiré en deux, de sorte que les gens voient le Seigneur Jésus dans Sa puissance.
Que le pécheur vienne, se prosterne et se repente de ses péchés. Que le rétrograde se fraye un chemin vers la Maison ce soir. Que le voile s’enlève pour lui aussi. Et pour les pauvres, les malades et les nécessiteux, que le voile soit aussi déchiré pour eux. Et puisse ceci être la soirée de grande joie, car nous le demandons pour la gloire de Dieu, au Nom de Son Unique et Bien-aimé Fils, Jésus-Christ. Amen.

2.  C’est vraiment un privilège pour moi ce soir! Je suis venu tôt pour suivre ce merveilleux cantique. Généralement, je ne fais pas ça. Et – et j’ai apprécié le ministère de mon frère Bosworth : sa prédication, son enseignement, il est… il enseignait cet Evangile alors que j’étais un – probablement avant ma naissance. Et je… Ça me fait du bien de l’entendre, ô comme il peut toujours lier Satan par les Ecritures et…
Je l’ai suivi dans des discussions, des débats, et je vous assure qu’il prêche la Parole de telle manière que le – Satan ne peut absolument pas rester là où il se tient. Et quant à la voix, il n’a certainement pas une voix forte, peut-être, comme certains, mais il sait certainement de quoi il parle. Et c’est depuis plusieurs années que je connais frère Bosworth, et je sais que sa vie… Ce n’est pas étonnant que Dieu exauce ses prières, il vit ce dont il parle. Vous savez, un sermon vécu vaut mieux qu’un sermon prêché. Vivez-moi un sermon, c’est de loin mieux.

Extrait de « Ayez bon courage » de William Branham, prêché le 21 Juillet 1954

25Déc/15
Bible rayonnante

Que devons-nous donc faire ?

  1. Que devons-nous donc faire ? Nous lever et refléter la Lumière de Dieu à ceux qui sont mourants. Dans l’obscurité profonde de ce monde, nous devons refléter et faire briller la Présence du Seigneur Jésus dans Sa puissance de la résurrection. Ce qu’Il était hier, Il l’est aussi aujourd’hui afin qu’on Le reflète.
  2. Mais rappelez-vous une fois de plus que l’Etoile, après qu’elle a terminé sa course, elle ne reçoit donc aucun honneur. L’Etoile avait tout simplement amené les gens à leur destination, et leur a montré cette Lumière parfaite. Et nous, en tant que membres du corps de Christ ce matin, mes amis, nous sommes les lumières de Dieu, mais nous ne recevons aucun honneur pour nous-mêmes. Lorsque nous avons notre – notre patient, et notre – et notre personne que nous conduisons, lorsque nous les avons, nous devons mettre de côté notre honneur et les conduire à la grande et parfaite Lumière qui brille, pour illuminer le chemin de tout homme qui vient au monde, le Seigneur Jésus-Christ : pas un mythe appelé père Noël, pas une église dénominationnelle ; mais cette vraie et parfaite Lumière, Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant.

Extrait de « LA GRANDE LUMIERE BRILLANTE » de William Branham, du 22 Décembre 1957, Traduction SHP

16Déc/15
donner la première place à Dieu

Donner la première place à Dieu

     51     Remarquez, quand ces rois, avant de se lancer, ils auraient dû… Josaphat, avant même de faire une alliance avec Achab, premièrement, il aurait dû dire: “Prions pour voir quelle est la volonté du Seigneur.”
     52     Présentez-moi un prédicateur, présentez-moi un Chrétien, présentez-moi une ménagère qui est Chrétienne, présentez-moi un cultivateur ou un ouvrier d’usine, qui va donner la première place à Dieu en toutes choses, je vous montrerai là un homme qui réussira en dépit de tout ce que le diable pourra lui infliger. Il cherche Dieu, premièrement. Nous devons avoir, premièrement…
     53     Mais eux ne l’ont pas fait. Ils avaient tous la tête dans les nuages, parce qu’Achab, il avait un royaume splendide, et il avait accompli un tas de choses, et il avait ses parures imposantes, son or et son argent, c’était un homme qui avait très bien réussi; mais c’était quand même un incroyant.

Extrait de « Les Esprits Séducteurs », 24 Juillet 1955 (William Branham)

12Déc/15
WilliamBranham

Communion

Il y a 50 ans, exactement le 12 Décembre 1965, le message « Communion », le dernier message enregistré avant le départ du Prophète, était prêché à Tucson.

Nous voulons remercier le Seigneur pour le prophète Branham, et nous vous invitons à (re-)découvrir ce message, dans un esprit de méditation :